Pourquoi le syndicalisme a besoin de rats gonflables de 12 mètres de haut

A l’occasion de ma lecture de l’ouvrage “How to jump-start your Union” produit par Labor Notes en 2014, j’ai appris l’existence d’une tradition toute particulière du syndicalisme de Chicago : les rats gonflables géants.

Should Scabby the giant inflatable rat be barred from some union protests?  NLRB seeks input

Dans les années 1990s, le syndicat “International Union of Operating Engineers Local 150” de Chicago lance l’idée d’un rat gonflable géant, positionné à l’entrée du local et plus précisément devant le piquet de grève. L’objectif est multiple : marquer dans l’espace urbain la présence du conflit, décourager les briseurs de grève et montrer la force de la détermination des grévistes.

Après consultation des employé.es, le IUOE décide d’ailleurs de nommer ce rat “Scabby”, en référence aux casseurs de grèves (strike-breakers) aussi appelés “scabs”.

POLITICS /// New York City's Strike Rats | The Funambulist


La pratique s’étend dans la région de Chicago au sein d’autres syndicats. Beaucoup de syndicats se dotent de leur propre Scabby, mais les prêts ne sont pas rares non plus.
Par exemple, lors de la préparation de la grève du CTU (Chicago Teacher Union) en 2012, ce sont les Teamsters (le fameux syndicat des routiers américains) qui ont prêté un de leur Scabby aux enseignant.es. Ceux-ci souhaitaient défiler au travers de la ville pour faire pression sur la municipalité, au moment même où leur contrat était renégocié. Quoi de mieux donc, qu’un rat géant de 12 mètres de haut, pour montrer l’implication et la détermination du syndicat à aller jusqu’au bout et gagner la négociation.

Ripostes législatives contre les rats géants

Scabby, the Giant Inflatable Union Protest Rat, Faces Extermination - The  New York Times

J’en parlerai plus extensivement dans un prochain article, mais le contexte législatif américain est profondément antisyndical. Depuis le NLRB Act, et encore plus depuis son amendement par le Taft-Hartley Act (1947), un certain nombre de dispositions viennent contraindre l’action syndicale. Ces lois, notamment lorsque les conservateurs s’en saisissent, peuvent réduire à peau de chagrin les possibilités d’action pour les syndicats, dans le secteur public comme privé. En témoigne d’ailleurs l’interdiction du “boycott secondaire”, c’est à dire la grève par solidarité ou le boycott d’une autre entreprise que la sienne. Stipulée par le NLRB Act, cette interdiction empêche ainsi toute action intersyndicale solidaire forte à l’échelle d’une industrie et laisse la porte ouverte à d’autres offensives légales menées par le front conservateur et patronal.

Union rat could be outlawed by Trump's NLRB, thanks to Philly case - On top  of Philly news

Or justement, les opposants aux syndicats veulent faire valoir que les rats gonflables sont tellement effrayants que leur utilisation revient à faire du boycott secondaire. Ils soutiennent que les mettre dans la rue dissuade non seulement d’entrer dans le bâtiment dont les employés sont en grève, mais dissuade aussi d’entrer dans les commerces environnants.
Ce débat sur la légalité des rats a été mené une première fois en 2019, et contre tout attente, le National Labor Relation Board a donné raison aux défenseurs des rats géants.
Doit-on pour autant se réjouir ?

Oui et non. Les débats sur ce qui constitue ou non une bonne pratique syndicale et la compatibilité de ces pratiques avec les principes de la Constitution américaines font rage depuis des décennies, et actuellement ce sont plutôt les forces conservatrices qui gagnent. Comme l’a montré la décision Janus vs. AFSCME de 2018, il est clair que ces débats continueront à exister tant que la base législative sur laquelle est construite la démocratie industrielle américaine (le NLRB Act et le Taft-Hartley) restera aussi lacunaire, floue et donnera le flanc aux attaques antisyndicales, comme celles qu’on a vues au local Amazon à Bessemer dans l’Alabama.
Bref si les rats sont pour le moment toujours permis, il n’y a aucun doute que la bataille juridique est loin d’être finie…

Après-propos

Je dépose ici quelques instants ma casquette de chercheuse pour parler en tant que militante.
Qu’attendons-nous pour arborer nos Scabby ? ATTAC fabrique et arbore à chaque manifestation des chars créatifs qui sont marquants médiatiquement et porteurs d’un sens politique fort. Et les syndicats ?
A l’heure où on s’ennuie et où on se fait gazer en manif derrière les ballons syndicaux géants, est-ce qu’il ne faudrait pas introduire des symboles forts qui dépassent les divisions syndicales (comme les rats géants aux Etats-Unis) et proprement spooky pour renouveler l’exercice de la déambulation ?




Citer ce billet
Marie-Adèle Ménard (2021, 22 juin). Pourquoi le syndicalisme a besoin de rats gonflables de 12 mètres de haut. Striking against the odds : stratégies syndicales et politiques des enseignant.es états-uniennes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ulax

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search