Faire une thèse de civilisation américaine en 2020

Communication faite lors de la séance du séminaire de l’axe CIMMA du laboratoire IMAGER à l’UPEC le 20 novembre 2020

Présentation du projet :
Je travaille sur les grèves menées par le personnel enseignant américain entre 2012 et 2019, en réfléchissant plus particulièrement aux échanges de pratiques militantes entre le Nord (Chicago) et les Etats Sud des Etats-Unis.  J’intègre aussi dans ma thèse un travail sur la dimension genrée de ces mobilisations, la question de la race, qui sont des problématiques incontournables quand on parle d’éducation publique aux Etats-Unis. Enfin, j’intègre également une réflexion plus large autour du renouveau actuel des mobilisations notamment dans le monde professionnel américain.

C’est une thèse que je fais sous la direction de Donna Kesselman, américaniste et sociologue à IMAGER et de Christian Azaïs qui est sociologue du travail au sein du laboratoire du LISE. 


Un projet de recherche “civilisationnel”
(whatever civilisationnel means)

Le projet que je mène est donc interdisciplinaire. Il est “civilisationnel” et sociologique. Du point de vue de mon parcours, j’ai une formation d’angliciste, mais aussi d’historienne et de sociologue (à Paris IV et à l’ENS Saclay) qui m’ont permis d’acquérir un certain nombre d’outils que je compte faire valoir dans ma thèse.

Je dois avouer que j’ai été prise de court par le calendrier des doctoriales, puisque j’avais pour projet de repousser un maximum la question méthodologique, étant donné que je commence ma première année. Je pressentais en effet qu’elle serait l’objet d’une réflexion longue, ardue, épineuse, en bref très désagréable même si j’avais conscience qu’elle serait nécessaire. J’ai d’abord songé à nommer ma présentation en toute sobriété “la civilisation n’existe pas” puis je me suis ravisée, en me disant que ce serait l’objet d’un article ultérieur quand je serai titulaire. 


Pour l’instant en tout cas, avec mes camarades (na : les autres doctorant.es du labo), nous avons discuté ensemble d’un point nodal de nos travaux, et qui a été discuté à un congrès de l’AFEA suite à l’article de Caroline Rolland-Diamond dans the Conversation, à savoir que la “civilisation” est un champ sans méthodologie propre. Le mot même “civilisation” est d’ailleurs douteux, comme l’a souligné Marie-Jeanne Rossignol dans un autre article

C’est à dire, que derrière les études “civilisationnelles” on trouve en fait, de l’histoire, de la géographie, de la science politique ou encore de la sociologie, et parfois des formes de recherches qui empruntent des concepts et des méthodes à plusieurs de ces domaines en même temps. C’est une chance incroyable, il va s’en dire, car cela nous donne à nous chercheurs.ses la possibilité d’innover, de faire communiquer les domaines de recherche comme personne d’autres. Bref, de “disrupter” les cadres.

Mais en tant que jeune chercheuse, cette liberté est vertigineuse, et on succombe, je crois, plus facilement au méthodologisme. C’est à dire que face à la nécessité de présenter de façon convaincante une méthodologie fiable de recherche, il semble difficile dans les faits saisir cette possibilité d’innovation. Et au contraire, on peut être tenté.es de faire preuve de beaucoup d’orthodoxie, dans la crainte de nos pairs. Car il y a évidemment un enjeu de légitimité derrière l’inscription ou non dans une discipline et sa méthodologie, et puis un enjeu institutionnel, à se revendiquer de la “civilisation” ou de la “sociohistoire”. 

J’ai parcouru, donc, les classiques traitant d’épistémologie en sciences sociales pour présenter ce que serait ma méthodologie fiable et orthodoxe, moi qui fait de la socio-histoire. Or, dans son introduction à la socio-histoire, Gerard Noirel écrit :   

“À la différence de la sociologie qui, dès le départ, s’est donné comme but suprême l’élaboration d’une théorie du monde social, la sociohistoire se définit plutôt comme une « boîte à outils ».C’est pourquoi les socio historiens n’ont pas éprouvé, jusqu’ici, le besoin de définir rigoureusement leur domaine.”

Je passerai ici le détail intégral des auteurs que j’ai du consulter à la recherche de quelque chose de plus précis, pour simplement présenter la conclusion à laquelle je suis parvenue et qui découle de ces lectures. 

J’emploierai pour cette thèse une méthodologie pragmatique. C’est-à-dire, non pas relevant de l’école du pragmatisme, mais simplement, j’utilise et utiliserai les outils les plus adaptés à ma recherche. 

Dans un deuxième temps de ma présentation, je vais donc vous présenter quels outils de quel domaine scientifique je compte utiliser pour ma thèse, et à quelles fins. 


La méthode de cette thèse et son épistémologie :

Pourquoi une approche historique ? Pour déconstruire la dimension événementielle de ces grèves. Elles ont été montrées comme “improbables” et comme des événements isolées dans leur traitement journalistique par des médias américains et internationaux. La démarche scientifique, historienne, consiste à les replacer dans un temps long, de remonter dans le passé pour voir le terreau fertile qui a pu permettre à ces évènements d’arriver. Il ne s’agit pas de tomber dans le piège du déterminisme. Ces grèves auraient très bien pu ne *pas arriver*. Il s’agit de comprendre l’histoire des configurations qui font le monde des individus impliqués dans cette grève. Les comprendre comme s’inscrivant au carrefour de l’histoire des réformes de l’éducation publique aux Etats-Unis, de l’histoire syndicale et l’histoire politique américaine. Cette compréhension historique, se fera par les archives (sources primaires), notamment celles de la Wayne State University que m’a conseillée Mme Kesselman. Les archives me permettront de regarder des compte rendus, des journaux syndicaux, des discours etc. en remontant depuis les années 60. Et puis cette approche historique passera par la compilation de données rassemblées par d’autres historiennes et historiens.
Je cherche, au fond, les facteurs qui ont rendu possibles (et non pas nécessaires) ces évènements, et comment ils font ou non échos à des évènements du passé. 


Pourquoi la sociologie ? Pour étudier les pratiques au plus près des acteurs.. La sociologie qualitative donne des outils très pertinents scientifiquement pour étudier des événements récents, contemporains, qui sont encore en train de se dérouler grâce au travail de terrain. Ce travail de terrain passe dans mon cas par des entretiens semi-directifs. J’ai la chance de pouvoir parler avec les acteurs de cette grève et ces entretiens vont me permettre de comprendre les pratiques des acteurs.ices, de saisir la représentation qu’iels ont de ces évènements, mais surtout de voir leur rapport au groupe et aux institutions et à quels réseaux militants ou syndicats iels appartiennent. Bref comment les individus se sont investis dans leur lutte et selon quelles modalités. L’idée est de faire un nombre important d’entretiens pour éviter l’écueil d’une simple restitution de l’entretien comme se valant à lui-même, ou au contraire qu’ils soient illustratifs de ma théorie. Je pense ainsi faire surgir une pluralité d’expériences et de trajectoires, mais aussi des points communs. En fait ces entretiens vont me permettre une triangulation des données, c’est-à-dire me permettre de confronter les éléments historiques que je vais pouvoir rassembler et ainsi valider ou invalider mes hypothèses de recherche. Par exemple en faisant des entretiens avec des enseignants du sud et du nord, cela va aussi me permettre de vérifier l’hypothèse d’une circulation nord/sud des pratiques, et voir d’où proviennent ces pratiques si celle-ci est infirmée.
La sociologie aussi, pour les cadres théoriques. La théorie des répertoires d’action de Charles Tilly, me sera cruciale pour investiguer les modes d’actions et de mobilisation. Et puis celui de “mobilisation improbable” de Lilian Mathieu et Anne Collovald en sociologie de l’action collective. Ce concept de mobilisation improbable va m’être utile pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé dans le Sud, une région très hostile historiquement, politiquement, juridiquement aux mobilisations de ce genre.

Ambitions et limites :
Ce qu’il y a d’ambitieux dans ma thèse, et qui peut-être sera une limite, ce sera cet aller-retour entre le micro et la macro. Une des possibilités dont on avait discuté avec Donna Kesselman était de faire une monographie et ne se concentrer que sur un État, en y faisant un terrain long, et peut-être de l’ethnographie. Mais cela empêchait un véritable travail comparatif et rendait plus ardu le fait de monter en généralité sur ces grèves. Je pense que j’ai été beaucoup marquée par ma première rencontre avec l’objet de ma thèse, c’est à dire par les médias américains. Ce qui m’a marquée c’est la construction des événements comme étant une “vague nationale”. Or dans la réalité, mes recherches m’ont amenée à voir que ce n’est pas une grève “nationale” (on parle de 11 états en grève) mais une grève possédant des logiques régionales importantes. Même si chaque État a son propre contexte juridique, économique et politique, on peut distinguer des espaces cohérents culturellement et politiquement entre 2012 et 2019 qui communiquent entre eux pendant cette grève. En tout, il y a eu 11 états avec des grèves enseignantes en 2018/2019 dont 5 appartenant à la région du Sud. Je fais le choix avec ma thèse de me concentrer sur ceux-ci, parce qu’il me semble que la question de la mobilisation dans le Sud est particulièrement intéressante, puisque “improbable” cette fois, non au sens que leur donne les journaux, mais au sens des conditions de possibilité des grèves. 

Mon terrain est donc vraiment large puisqu’il implique à la fois les grévistes de Chicago (qui est le point de départ de ces grèves), et puis au Sud, les Etats du Sud d’Oklahoma, de Virginie Occidentale, et de Caroline du Nord au minimum. Je dis au minimum car il y a aussi, la Caroline du Sud et puis la Georgie qui seraient possibles. La question va donc être de savoir pour ma recherche s’il sera possible d’accéder à tous ces terrains (en termes de temps, de moyen et de possibilité) ou s’il faut en choisir certains et pourquoi (note un mois plus tard: oui il faudra choisir). Pour le moment je sais que je veux nécessairement aller dans les États que j’ai mentionnés précédemment, où j’ai déjà soit des contacts, soit des pistes pour des contacts. Mais pourquoi pas les autres ? Le potentiel problème de cet aller retour entre le micro et le macro, et le piège de vouloir “tout” couvrir, c’est de tomber dans l’écueil du manque de précision. Il faut donc trouver un juste milieu entre le spécifique et le général, entre le global et le particulier. Je souhaite vraiment avec une approche qualitative plutôt que de faire passer des questionnaires par exemple, parce que je pense que les trajectoires militantes individuelles peuvent vraiment éclairer les trajectoires actuellement prises par les syndicats enseignants.  Et ces trajectoires, seuls les entretiens peuvent vraiment m’aider à les saisir, et puis à saisir aussi comment ces individus peuvent s’inscrire dans des mouvements grassroot de revendication du “bien commun”. 

 

Pour conclure, quelques mots sur l’incidence du contexte actuel sur ma recherche. Tout ce que j’ai présenté en termes de méthodologie et de plan de recherche est bien sûr amené à changer, à s’adapter, notamment en raison de la crise sanitaire et à son développement futur. L’accès au terrain se fera donc selon le temps qui me sera octroyé, les contacts que j’aurai noués, mais aussi selon la possibilité ou non d’accéder facilement à mes enquêtés, et puis la résolution de la crise sanitaire.



Citer ce billet
Marie-Adèle Ménard (2020, 9 décembre). Faire une thèse de civilisation américaine en 2020. Striking against the odds : stratégies syndicales et politiques des enseignant.es états-uniennes. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ulaw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search